Le Byblos Saint-Tropez dans luxe écrit par Ptibout

Accueil| Luxe | Évasions | Le Byblos Saint-Tropez

Le Byblos Saint-Tropez

Le Byblos Saint-Tropez

6645 vues

par Ptibout 2009-11-06 15:22:31

Né de l’imagination débordante d’un hôtelier d’origine libanaise, le Byblos Saint-Tropez est, depuis 1967, une luxueuse oasis, connue dans le monde entier. Son histoire est affaire de passion. 1967-2009 : 42 ans d’aventure, d’ardeur, de fête…

En 1967, il fallait qu’il fût un amoureux véritable de la Côte Varoise pour faire accepter aux Tropéziens que la construction d’un hôtel de luxe sur la plus haute colline de la ville, juste à côté de la citadelle, n’était pas une œuvre de lèse-majesté.

 

Les esprits s’échauffèrent un peu, mais le village, comme Europe, se laissa séduire. “(…) Saint-Tropez prendra un nouveau départ, écrivait son maire, Jean Lescudier. L’élite internationale qui l’assiège trouvera chez nous le luxe et le confort auxquels elle aspire… Un confort que St-Tropez pourra enfin offrir toute l’année”.

 

Vint ensuite la réalisation de travaux titanesques pour cet hôtel “phénicien” de style “tropézien” à l’architecture très éloignée de celle des palaces de Cannes ou Monte-Carlo.

 

S’entourant d’une équipe de professionnels accomplis - trois architectes : Messieurs Auvrignon, Monnin et Sicardon, et deux décorateurs : Messieurs Denis et Sassouni pour la discothèque, l’aventure extraordinaire commença.

 

Avec une surface de 5500 m2, l’hôtel se présente comme un hameau, et cet ensemble de petites constructions accolées les unes aux autres a aiguisé les curiosités. Des toitures en tuiles romaines et des gênoises, bien dans l’esprit du pays ; des balconnets de fer forgé, des façades vibrantes de couleur ; des fontaines ; des placettes pavées; un olivier centenaire ; des palmiers ; des bougainvilliers et du jasmin ; un patio ; une grande piscine, un bar pieds dans l’eau; des boutiques logées sous les arcades ; deux restaurants et un night-club… Peut-on imaginer plus bel inventaire pour un palace qui se rêve village ?

En 1967, il fallait qu’il fût un amoureux véritable de la Côte Varoise pour faire accepter aux Tropéziens que la construction d’un hôtel de luxe sur la plus haute colline de la ville, juste à côté de la citadelle, n’était pas une œuvre de lèse-majesté.

 

Le 27 mai 1967, mille personnes étaient conviées à l’inauguration du Byblos, parmi lesquelles de très nombreuses personnalités du monde politique, artistique et littéraire. L’équipe au complet entourait Jean-Prosper Gay-Para, son épouse Médéa et Francis Ducluzeau, le directeur, qui accueillaient les convives tropéziens, parisiens et libanais. Françoise Sagan, M. René Clair, académicien, M. Maurice Escande, administrateur général de la Comédie Française, Bernard et  Annabel Buffet, M. et Mme Eddie Barclay, le Maire de Saint-Tropez, Me Lescudier, M. et Mme Jean-Paul Roy, Préfet du Var, Alexandre, prince des coiffeurs et coiffeur des princesses, Paco Rabanne, Jean Cacharel, Gérard Khoury, Directeur du Tourisme au Liban, Lucien Barrière des Casinos de Cannes et de Deauville…

Des hôtes enchantés de ce qu’ils voyaient et de cette fête, également somptueuse et chaleureuse. Comment ne pas citer les deux marraines de ces lieux et de l’événement : Brigitte Bardot et Mireille Darc ?

 

Les réjouissances ne devaient plus s’arrêter. 2 mois plus tard, Les Caves du Roy étaient inaugurées : Jacqueline Veyssière et Cissé, son portier, ouvraient les portes du temple et près de mille personnes s’y ruaient.

 

Cette soirée marqua les prémices de ce qu’allaient devenir Les Caves du Roy : le haut lieu des nuits tropéziennes et la référence absolue des noctambules du monde entier.

 

Avec la guerre israélo-arabe, Jean-Prosper Gay-Para décida de retourner à Beyrouth pour gérer ses hôtels et de vendre le Byblos. C’est un autre milliardaire, M. Sylvain Floirat, qui prit la suite. D’origine modeste, il fait partie de cette génération d’hommes qui surent se faire un nom. PDG de nombreuses sociétés, dont Breguet Aviation, Matra, Europe 1, de la Compagnie Française de Télévision, et il devint, le 19 septembre 1967, propriétaire du Byblos.

 

Ainsi débute l’autre histoire. Celle d’une famille, qui a le culte de l’exigence et de l’excellence, et qui s’attache, depuis 1967, à faire du Byblos un endroit rare, où la société internationale puisse trouver un havre de raffinement. Très vite, les nouveaux propriétaires imaginent de créer un pendant hivernal au Byblos de Saint-Tropez. Ce sera le Byblos des Neiges, inauguré en 1984, à Courchevel 1850. La même équipe, longtemps dirigée par Claude Marret, qui perdra tragiquement la vie dans un accident d’avion, insuffle à l’un et l’autre lieu le même esprit. A la mer ou à la montagne, une seule question et une seule réponse : “To be… Blos or not to be”.

 

Sans cesse agrandi et embelli, l’hôtel évolue sans jamais se trahir.

 

Toujours atypique, encore plus luxueux, il accueille avec la même grâce le gotha et la jet-set, les tournages et les expositions, les concerts hype et les ventes aux enchères caritatives. Antoine Chevanne, arrière petit fils de Sylvain Floirat, respecte d’autant plus la tradition du Byblos qu’il sait la garder vivante en l’innervant sans cesse de courants nouveaux. 

Rang: membre
Nombre d'articles publiés: 63  

par Ptibout, 2009-11-06 15:22:31 Catégorie: Luxe

par isa169, le 10/11/2009

rien que voir la photo ça donne envie d'y aller faire un tour mais aprés avoir lu l'article ,c'est une certitude!
En étant connecté en tant que membre de Beauty-Frenchtouch.com vous pouvez ajouter des commentaires et suivre ce fil de discussion en étant averti par email.
Je me connecte ou Je m'inscris

Communauté Beauty Frenchtouch La communauté Beauty FrenchTouch

Chargement...

Voir tous

Le sondage Beauty FrenchTouch

Quelle est votre marque de luxe préférée?
 YSL
 Chanel
 Dior
 Burberry
 Hermes
 Vuitton
 Valentino
 Sonia Rykiel
 Autre marque

Je vote

Une erreur est survenue lors de la récupération des données
titi

Le quiz Beauty FrenchTouch

Répondez

Marque à la une

NUTRIMETICS Consultante en PICARDIE

Les derniers