Les enfants de Tchernobyl et de Donetsk en Ukraine dans voyage écrit par Corinne

Accueil| Voyage | Dossiers | Les enfants de Tchernobyl et de Donetsk en Ukraine

Les enfants de Tchernobyl et de Donetsk en Ukraine

Les enfants de Tchernobyl et de Donetsk en Ukraine

4052 vues

par Corinne 2011-03-22 19:52:06

C'est un peu long, à cette époque j'avais une association..Il est loin ce temps là...:-)

 

Notre histoire.
Certaines journées sont magiques et souvent les événements qui guident vos pas, étranges.
En 1997 je me suis rendu dans mon église, chose peu courante pour ma personne. Non je n'ai pas eu de révélation ou autre trucs du genre et même, je suis sortie avant la fin de la messe: Dehors il y des enfants, je me dirige vers la boulangerie et je vois la scène suivante;
Les enfants avaient tenté de rentrer dans l'église mais des cathos bien intentionnés les en avaient jetés. Mon esprit révolutionnaire prends le dessus et me voilà avec les gamins dans l'édifice, ils sont musulmans et l'un d'eux dont le père est mort, voulait savoir s'il pouvait rentrer pour prier son père. Perso, je ne voyais pas le problème, lui disant que la prière est dans le cour et que s'il avait besoin d'un lieu calme, pourquoi pas ici !
Mais ma colère me mène à écrire une lettre pimentée au curé.
Un mercredi soir on tape à la porte, c'est le curé de Sannois, et bien sûr, je suis en pyjama. Nous discutons, et comme il voit mon ordinateur il me propose un emploi pour les Journées Mondiales de la Jeunesse; je l'avoue, je ne savais pas ce que cela pouvait être. Me voici donc en charge de l'hébergement pour le Val d'Oise.
Je vous passe les multiples événements.
Le diocèse a édité un disque avec Francis Lalanne et suite à d'obscurs histoires d'intérêts auxquels je n'ai toujours rien compris, le C.D n'as pas sa place sur les stands J.M.J, me voici en train de faire un forcing terrible auprès du responsable des points de ventes: Aujourd'hui encore, je m'en veux d'avoir fait cela à ce pauvre homme !
Il me donne comme motif de non-vente, son manque de vendeurs; Moi je lui demande, si je vous les trouve, vous prenez le disque? Sa réponse est oui.
Et me voici, perfide, devant le fax, à composer les numéros de tous les responsables du département pour leur demander des vendeurs et qu'ils téléphonent à ce monsieur..
Au bout de 10 minutes il a crié grâce...
C'est comme cela que je me suis retrouvée sur le Champs de Mars, alors que je ne devais pas participer aux J.M.J. autrement que pour l'organisation.
Donc, ce 18 août 1997, après avoir fait des kilomètres pour motiver mes vendeurs, en fin de journée je me suis retrouvée avec une amie, Béatrice, dans un bistrot, histoire de nous restaurer. A côté de nous, il y avait 3 hommes. Nous avons commence à parler et nous apprenons que 2 sont d'Ukraine et l'un de Châtou, ils sont là pour la venue du Pape, Fédir est photographe et Alexandre qui parle français est géologue, nous échangeons nos cartes.
En novembre 1997 je prends contact avec Alexandre via internet. Nous parlons de chose, et d'autres et en décembre, il me parle d'une petite fille d'un orphelinat tombée dans un brasier qui, par manque de moyen, n'a reçu aucun soin.
L'aventure "AU CAS OU" commence doucement.
En fait en écrivant a mes amis, je leur demande s'ils peuvent me donner ce qu'ils ont gardé "AU CAS OU". Ce mot plaît alors je le garde.
Avant que la crise économique ne mène l'Ukraine à bloquer ses frontières, nous avons expédié par voies postales environs 60 kg de dons...
En mai 1998 nous avons déclaré l'association en sous préfecture à Argenteuil, Val d'Oise, France.
Nous recevons des livres de l'école Jeanne d'Arc de Montrouge. Une internaute du Canada nous dessine notre camion. J'apprends à faire un site internet pour les enfants.
Tout bouge, les Orphelins Apprentis d'Auteuil font une soirée où je rencontre Isabelle du comité d'aide médicale.
Durant le mois de mars 1999, les jeunes de l'aumônerie de Sannois nous aident à conditionner 1037 kilos de dons divers (vêtements, chaussures..).
En avril 1999 nous pouvons grâce aux jeunes de l'école ENSIETA et sup de co de la ville de Brest faire partir 10 mètres cubes de dons. C'est grâce à Brigitte de Vasselot qui habite le Conquet, en Bretagne, que nous avons eu le contact avec les jeunes de l'Ecole Supérieure des Ingénieurs des Etudes et des Techniques de l'Armement.
Ils rejoignent le convoi de la Mission Humanitaire Inter Grandes Ecoles, composé de 22 camionnettes destinées a la Fondation pour la survie des enfants de Tchernobyl, que préside Valentina Rogova.
Valentina accepte, de prendre sous son aile notre chargement, alors que rien n'est destiné a ses enfants. Elle fera plus ; elle donne 30 colis de vivre pour les orphelins de Donetsk.
En juin 1999, je décide de partir en Ukraine, pour connaître tout le monde et évaluer la situation.
 Histoire de voir !
                                 
Dimanche 30 mai 1999

14 jours dans un pays de l'Est ! Un exploit pour moi !
Durant 7 ans je me suis dévouée à mon mari, mon fils, je ne suis pas sortie, je me suis volontairement enfermée.
Et aujourd'hui je prends 2 avions, avec 2 journalistes : Christine et Nicolas.
Dans l'avion qui fait Londres Paris, j'ai serré la main de Nicolas pour éviter de faire arrêter l'avion, afin de rejoindre Clément et Francis. Nicolas parlait pour m'étourdir et m'empêcher de faire une crise respiratoire.
Le vol Londres Kiev fut moins stressant, mes 2 oiseaux dormaient et moi j'attendais l'atterrissage pour découvrir ce nouveau monde.
Sachez que le projet avec les journalistes m'est tombé dessus sans que je ne demande rien et, à l'heure qu'il est, je ne sais toujours pas comment va sortir le reportage ni quelles sont les photos qui vont être publiées, nous verrons bien !
Donc j'ai rencontré Christine par un ami commun qui a raconté mon action pour des orphelinats en Ukraine. Elle pense à une émission sur Canal Plus, nous avons eu un rendez-vous avec une assistante des plus cordiales.
Malheureusement, le 26 nous avons une réponse négative; je mens, je suis contente de ne pas avoir une camera braquée sur ma personne.
Une catastrophe s'est produite ce jour là dans une mine de Donetsk, 39 morts dans un coup de grisou, 14 blessés et seulement 20 secondes au journal télévisé, les larmes me coulent le long des joues avec la rage de l'impuissance.
Enfin nous sommes dans l'avion et c'est incroyable comme odyssée ! Déjà moi, seule, mais là avec 2 reporters !
C'est une telle chance de pouvoir faire parler de l'Ukraine, de tenter un mouvement solidaire.
Il est bientôt midi, moi j'ai la "dalle" et les effluves de " tout cuit pas bon "arrivent à mes narines.
Ma préoccupation principale est de savoir si je vais plaire à la terrible Valentina Rogova, présidente de la fondation pour la survie des enfants de Tchernobyl, grâce à elle mes colis ont réussi à parvenir a destination.
Je verrais bien sur place.
Nous sommes peu dans l'avion et le passage en douane est long pour moi, car j'ai vu Alexandre et visiblement Valentina avec un bouquet de marguerites, nous sortons de l'aéroport, il n'y a rien dehors sinon des hommes disant "taxis". Christine et Nicolas ont prévu une voiture de location, moi trop heureuse de monter dans une vieille guimbarde ukrainienne.
 Nous arrivons chez Valentina dans une cité, dans ce bâtiment qui est appelé "bâtiment de Tchernobyl "c'est là que certains habitants de la ville morte résident.
Valentina me plaît beaucoup elle est énergique et très belle.
Elle a perdu son mari et l'un de ses fils dans la catastrophe, son cadet est maintenant en Australie.
Ce soir c'est la fête dans Kiev, il y a les élections municipales, le métro est gratuit mais plein de monde. Je ne supporte pas ; trop d'émotions pour une seule journée, en arrivant sur l'avenue centrale, Nicolas nous dit qu'il y a plus de monde que durant la coupe du monde ! ! ! il a quand même constaté que 70 % des ukrainiennes ont de très belles jambes, avec Christine nous n'avons pas remarqué d'Apollons, en revanche, la mode des garçons est la chemise ouverte sur torse imberbe et musclé .
 Kiev c'est beau, presque impalpable avec une architecture sublime dotée de différents styles, des immeubles très vieux qui ne demandent qu'à être restaurés, plein de jolies places et des arbres partout avec des trottoirs si larges que l'on roulé dessus !
Cela se fait aussi sur le quai de la gare, je l'ai vu !
Nous allons dans les bureaux de Valentina après un passage raté à l'ambassade de France. Nous avons déjeuné dans un restaurant à la mode, grandiose, de l'ancien régime, moi j'aime, c'est rococo au possible ! Chantilly blanche aux plafonds et bleu Roy partout.
Réunion au sommet dans un bureau d'environs 40 mètres carrés, avec un mobilier prenant trop de place.
Face à nous 8 femmes responsables de différents arrondissements de Kiev. Dans la fondation, ils sont 22 membres dont 3 hommes, ce sont des "déportés de Tchernobyl ".
Alexandre traduit les questions des journalistes et comme toujours, j'ai la question qui tue !
" Mais, avez vous été suivies psychologiquement, car enfin, se faire évacuer, être contaminés, voir ses proches mourir c'est terrible, on vous a aidées ? "
Naïve enfant ! ! !
Ma question est saluée par des rires ironiques.
Valentina me dit que oui elle a vu un psychologue qui lui a dit : "Tout vas bien."
Valentina lui a répondu :
"Je ne dois rien, je ne dois rien ! "
Il lui a demandé pourquoi elle disait çà.
"Vous m'avez donné une brosse à dents, je ne sais pas où est ma famille, alors je sais une chose je ne vous dois rien ! "
Comment vous faire comprendre ce qui s'est passé dans ce petit bureau, Valentina est là droite, face à ses compagnes. Chacune écoutant le récit de leur vie d'avant. Je les vois changer d'attitude, de très droites et très dignes elles commencent à prendre des airs lointains et certaines à avoir des larmes retenues.
Alors ma question c'est presque une insulte, une douleur mais aussi un soulagement.
Il se trouve que depuis 10 ans c'est la première fois qu'elles parlent ensemble, elles découvrent l'écoute de l'autre et la souffrance de leur voisine, tant de voix étranglées, de cris restés au fond de leur gorge. A un moment, l'émotion est trop forte, et nous avons eu une petite averse comme si Dieu pleurait pour elles, pour ces femmes qui s'oublient et qui ne pensent qu'aux enfants victimes de Tchernobyl.
 
A leur enfants.
 
 
Mardi 1 juin 1999
Ah le faste du politik bureau.
Sans rire, mieux que dans les films ! Jusqu'à l'entrevue avec un monsieur très important, moi, en tout cas, il m'a impressionnée.
Mais ce n'est pas tout, nous voilà dans un mini bus, destination un centre de réhabilitation pour des "déportés " Nous avons un entretien avec la directrice nous admirons, les ateliers performants permettant à chaque enfant de s'exprimer, d'évacuer ses peurs. Nous découvrons un camping en salle; 10 à 15 jeunes y sont formés pour les interventions de sauvetage ! Et, exercices à l'appui, en tant que mère, je vois mal mon bout de chou de 6 ans faire cela; Pourtant ceux qui simulent un exercice de sauvetage dans un immeuble en feu, ont entre 7 et 13 ans .
Des futurs pros !
Ces bâtiments sont sous le patronage de l'Unesco
Une autre surprise nous attend, un vol en avion à hélices, doté de 4 places mieux que la foire du trône, sauf pour Christine qui a une horreur des avions indescriptible.
Sachez que ces avions sont en vente.
Là, j'ai honte de l'avouer, mais j'ai piqué une crise de nerfs terrible, le pauvre Alexandre a failli prendre un aller retour baffe gifle direct sans escales ! Je devais revenir par Moscou pour y rencontrer des amis, mais un foutoir pour avoir mon visa de transit, qui coûte 350 dollars en Ukraine et seulement 250 en France ! ! ! Chercher l'erreur ! Je ne pourrais pas repartir par Moscou. En fait je ne sais plus si c'est la colère est du au fait de ne pas rentrer chez moi comme prévu, assaisonné d'une perturbation hormonale me permettant de plaider non coupable devant une cour de justice ou bien ce que j'avais vécu quelques minutes plus tôt.
Un peu avant dans le bureau de Valentina nous avons fait la connaissance avec Nicolas, 10 ans et Katouchka, 5 ans.
La petite fille est un vrai garçon manqué avec la balle de tennis dans sa poche et aimant les voitures, elle vit avec sa babouchka d'adoption en attendant d'avoir des parents qui veulent d'elle.
Nicolas, lui, a une maladie du sang et ne peut recevoir les soins adéquats, il sait qu'il va bientôt mourir, il nous propose de partager les bonbons qu'il vient de recevoir et moi à part des petits rires que puis je lui offrir ?
En fin d'après midi nous prenons l'avion pour Donetsk, entre temps j'ai fait changer mon billet d'avion, déjeuner à l'extérieur avec Alexandre et Ludmina, la vice-présidente de la fondation, que nous avons surnommée Kalachnikov !
Elle est encore tout émue de l'expérience de lundi, car maintenant elle connaît la douleur de ses compagnes.
Après un vol en vieux coucou a hélices, nous sommes accueillis par Katia, Vladimir et Luba.
Katia est la veuve d'un héros national, lors d'une prise d'otage, il a pris la place de l'un d'eux et a été tué, laissant une femme et 2 enfants.
Katia vit entourée de ses sours Luba et Nina, dans un charmant appartement dans le centre de Donetsk.
Il est tard, je m'endors.
 
 2 juin 1999
Nous avons rendez-vous avec l'administration locale, tentant en vain d'avoir des réponses à mes questions qui dérangent les journalistes et qui fichent la zizanie dans le bureau. Bref je me tais sans en savoir plus et mes 2 oiseaux obtiennent la promesse d'avoir, pour une photo, 100 enfants avec la carte "d'enfants de Tchernobyl".
Dans l'après midi nous visitons la mine qui a été le cadre du drame. Jamais je n'avais vu de mines et tout ces hommes qui descendent malgré tout car ici on paye les salaires.
Par moment j'avais l'impression d'être sur un film tant tout ce noir me paraissait irréel.
Et ces "gueules noires "c'est pour moi très étrange de voir ses hommes, je sais que durant leur descente nous serons un sujet de leurs plaisanteries.
Donetsk est ainsi; la ville de la houille et des roses, paradoxal ?
Je n'ai pas réussi à prendre des photos de ces hommes tellement j'étais fascinée, Christine a mitraillé ainsi que Nicolas .
 
jeudi 3 juin 1999
Aujourd'hui programme séparé, les journalistes vont voir les rescapés de la mine et assister à l'enterrement de l'un des mineurs. Pour moi, direction l'orphelinat avec Louba comme interprète, alors là, ce n'est pas gagné ! Elle parle un français adorable, mais petit nègre !
Et ben ! Voilà, j'ai pleuré, ils ont fait une petite fête, m'ont donné du gâteau et moi je suis restée peu de temps, mais suffisamment pour repérer Roxana pour un ami producteur de disques, j'ai hâte de lui montrer ma perle rare ! J'ai aussi vu 3 des garçons qui sont en photos au-dessus de mon ordinateur, les autres enfants sont en camps de vacances. En partant, je donne des ballons et des bonbons aux gamins, et voilà mes chenapans entrain de gonfler le plastique et de rire en mangeant des sucreries.
Louba et Vladimir m'entraînent dans un appartement où une jeune fille nous accueille. Son visage me dit quelque chose ?
Je rentre dans un endroit d'une pauvreté et dans un état de délabrement terrible, surgit une autre jeune fille et moi de me poser des questions. Elle me parle et Louba traduit tant bien que mal et tout à coup je m'écrie "  mais, je vous dis bonjour chaque matin, vous êtes devant moi tous les jours, toi, tes cheveux ont poussé et toi, ils sont attachés alors moi je suis perdue, un an que je vous regarde ! "
Et Ulla l'aînée de m'entraîner dans sa chambre et de me montrer le "doudou" de sa petite sour Macha.
Leur père est parti, il y a longtemps, et leur mère est morte il y a 2 ans. Ulla a maintenant 18 ans et chose rare chez les orphelins, va à l'université pour devenir professeur de russe. Alors que nous sommes dans la cuisine Louba apporte un carton de vivres. Et discrètement, je mets de l'argent dedans, car Ulla vit avec 10 dollars par mois. Une chance pour ses enfants l'appartement leur appartient.
Imaginez le courage de cette jeune fille ayant chaque week-end la charge de sa jeune sour de 15 ans, sa peur le jour où elle a du habiter seule en menant de front des études.
J'aimerais trouver une bourse pour Ulla, elle est bosseuse, elle y arrivera.
Mais il est l'heure de rentrer et aucuns de mes 2 oiseaux dans la cage ! ! !
En fait ils ont pris une sacrée claque dans les dents, mes pauvres amis et dans cet hôpital leur slogan "nous Paris Match " ne sert à rien. Cependant grâce au talent d'Alexandre, ils ont eu l'autorisation de parler aux 2 rescapés. 12 de leurs compagnons sont morts et eux sont brûlés à vif, je verrais peut être les photos, ils ont en chour remercie le ciel de ma non-présence, moi trop sensible !
Vendredi 4 juin 1999
Alors là, je vais me faire des ennemis, mais peu importe ! Christine et Nicolas ont une haine terrible envers moi. la raison ? Les avoir réveillé trop tôt !
Mais je crains que jamais ils ne se soient posés la question de savoir si, eux, ils ne dérangeaient pas les autres ! Nous avions tous des griefs contre eux, simplement nous avons fait avec. Malheureusement, cela n'était que le début de la journée !
Si jamais un jour quelqu'un critique l'administration ukrainienne, je hurle !
En moins de 2 jours l'équipe administrative a réussi à réunir 130 enfants et leurs parents dans 3 cars.
Comme nos reporters de choc n'avaient pas pris le temps de faire les repérages pour les photos. les enfants, en plein soleil, attendent et nous évitons par la grâce de Dieu un accident; un balcon s'est écroulé à 10 centimètres d'un groupe d'enfants.
Nous sommes arrivés devant le monument dédié à Tchernobyl à Donetsk. Les enfants ont tous levé leur cartes et cela m'a beaucoup émue. Ensuite nous sommes tous repartis vers la statue de Lénine et là, une fillette a eu un malaise. Je l'ai portée dans mes bras pour la mettre à l'ombre.
Ensuite tout le monde s'est retrouve autour d'une collation payée par Paris Match ! Les enfants ont commencé à me parler en anglais, je me suis promise de me remettre à cette langue. Cela a déclenché une séance photo avec un petit Sacha handicapé mental et moteur. Je ne sais pas si ces photos paraîtront.
Une femme, Louba, s'est approché de moi et je lui ai demandé ce que je pouvais faire pour elle.
Elle m'a dit qu'il n'était pas possible de n'apporter de l'aide que pour elle. Tout le monde en a besoin.
Et cette question :
" Quelle est ta relation avec Dieu ? "
Que pouvais je répondre ? "  Je suis catholique, mais pour moi, Dieu est en chacun de nous. " Cela lui a suffit.
Cette femme est très pauvre, elle a besoin de manger, mais comme toutes les mères c'est d'abord à son enfant qu'elle pense.
Les journalistes ont voulu l'interviewer. D'autres femmes avaient besoin de me parler mais nous n'avions que Sacha comme interprète.Beaucoup sont partis,
Bref le temps a été trop long pour tout le monde, seules 2 familles sont restées : Et une fois que nos oiseaux eurent fini, Alexandre a enfin mis à ma disposition son talent de diplômé de l'université des peuples de Moscou.
Natacha a 2 fillettes victimes reconnues de Tchernobyl :
Problèmes de thyroïde, infections gynécologiques, zonas, inflammations des articulations, et ce triste constat ;
"  Mes enfants n'ont pas de futur "
Et elle s'oublie pour se donner à ses enfants, mais quand elle ne tiendra plus, qui sera là pour Yulia et Juliana ?
Macha a 11 ans, elle est devenue sourde à l'âge de 5 mois. Sa mère parle si doucement qu'au début j'ai cru que c'était elle, la muette !
Elle m'explique Macha a besoin d'un appareillage. Je prends les mains de la gamine elles sont gelées, dehors il fait 33 degrés ! ! !
Ensuite un vieux monsieur qui est journaliste nous a interviewés, mais il s'agit d'un exercice inconnu de ma petite personne.
Christine et 130 enfants reconnus enfants de Tchernobyl. Ils sont 8000 dans le Donbass.
 
 
 
 
J'ai besoin de sortir de là et devinez le style de sortie que nous propose Alexandre ?
Un concert de :
Bernard Bruel chante Brel !
Je n'invente rien.
Un moment affreux !
Ce type hurle, gesticule et nous chante la mort et la tristesse aussi quand la responsable de l'alliance française nous invite à rencontrer les artistes, je m'éclipse pour ne pas être désagréable. Car ces gens ont un grand mérite à mes yeux, eux viennent à Donetsk, je leur tire ma révérence pour leur courage !
Nous rentrons et moi de m'allonger un instant et de m'endormir toute habillée alors que les oiseaux finissent en discothèque pour voir des cosaques ! ! ! ! !
 
 
Samedi 5 juin 1999
Ce matin nous avons fait le marché. Mon projet ? Créer un catalogue d'objets d'artisanat de Donetsk et j'ai vu plein de choses bien et d'autres qui ne me plaisent pas, mais j'ai trouvé le cadeau idéal pour Nicolas, car malgré la journée d'hier nous sommes tous dans le même bateau et loin de chez nous les mouvements d 'humeur sont toujours sains ils montrent que l'indifférence n'existe pas et je ne suis pas d'une nature rancunière. Donc ce cher Nicolas est un grand parleur devant l'éternel et n'agit pas. Au marché, il y avait des insectes épinglés et un couple de scarabées m'a attiré et pour cause, ce tableau se nomme la course présidentielle : le mâle coursant la femelle sur fond de drapeau ukrainien, Nicolas a apprécié l'humour !
Nous n'avons rien fait l'après-midi et moi je m'ennuie du coup !
Dimanche 6 juin 1999
Un vrai périple pour trouver l'église catholique de Donetsk ! Un chemin sans bitume et une chapelle si petite que j'ai assisté à la messe dehors ! ! !
Louba et Katia ont tenté de suivre l'office. Ici tout se fait à l'ancienne : genoux à terre !
Nous demandons au prêtre un rendez-vous pour le lendemain. Nous visiterons la nouvelle église après avoir mis les oiseaux dans l'avion.
Alexandre est très fatigué, nous allons reprendre un rythme plus régulier.
 
 
 
 
 
Lundi 7 juin
Méchante fille ! Toute à ma joie d'être libérée des journalistes je trépigne d'impatience, les adieux sont tout de même émouvants et cela me fait bizarre de les mettre à l'avion ! ! ! Et voilà que Nicolas m'appelle ma poule !
Je réussis tout de même à empêcher Alexandre d'attendre le décollage en lui disant qu'il va leur porter la poisse et Lui rappelle que nous avons un rendez vous et que si des journalistes reporters ne savent pas se débrouiller lors d'un retard de vol c'est grave !
Donc nous arrivons chez le prêtre 30 mn en avance, il pensait nous inviter à déjeuner, mais nous ne l'avions pas compris.
Je lui demande s'il peut baptiser les bébés et leur donner une éducation religieuse, il me répond : qu'il lui faut des sours pour faire cela et que l'église veut construire un hôpital. Mais il ne dit pas oui à ma requête répétée 3 fois.
Cela semblera bizarre aux croyants et je vais être cataloguée de Paco Rabanne, mais en attendant cet homme, j'entendais
 "  Ceci n'est pas ma maison ! "
Nous allons prendre des photos de la nouvelle église en construction. Elle se trouve face à une église baptiste séparée par la route. Je retrouve l'ambiance de Cargèse en Corse où les églises catholiques et Orthodoxes sont face a face avec un grand fossé entre elles.
Alexandre me fait découvrir un de ses amis peintre, je ne connais rien a l'art. Mais ses ouvres m'ont touchées, j'ai vu l'évolution de son travail. Avis aux mécènes et amateurs d'art !
Marat et sa famille sont des gens très gentils.
 
 
 
Durant l'après-midi je suis allée au bureau d'Alexandre et ensuite chez lui.
J'ai quand même eu un choc. Outre le fait d'immeuble de type HLM, l'état de dégradation extérieur et intérieur est terrible. Les vides ordures déversent des odeurs affreuses, en fait j'attendais de voir les rats sortir.
Il vit avec sa mère dans 20 mètres carrés et dort sur un fauteuil dépliant !
Sa maman est une femme adorable, une mamie gâteau.
Le soir nous rencontrons madame le gouverneur du Lion's club de Donetsk, nous avons pour projet de joindre nos efforts pour les soins aux enfants cancéreux. Je ramène des fanions et je peste contre le manque de temps, cette dame est des plus intéressante
 
 
 
 
Mardi 8 juin 1999
Alors là je dois vous expliquer, c'est mon anniversaire ! 31 ans !
Attention journée de surprises. Cela commence par Katia et Nina qui m'offrent des marguerites et une ravissante croix en or, Alexandre arrive avec un bouquet et une rose de la part de Valentina et de Dominique, une amie de Grenoble.
Louba et Vladimir viennent avec des pivoines, un ouf en bois et un réveil qui parle russe.
Nous sommes partis pour l'orphelinat des tous petits de 0 à 4ans.
Des enfants jouent dehors, dans un espace prévu a cet effet, les jeux de plein air sont en fer presque rouillés.Tout est gris, seuls les bouts de choux sont en couleurs. Il y a dehors des parcs en bois.
Nous allons nous présenter à la directrice, elle nous informe que des journalistes de Donetsk viennent pour une action. en fait le bénéfice du numéro parlant de l'orphelinat, leur sera reversé. Ce sont encore 2 oiseaux .
Louba et Alexandre sortent un sac plein de jouets et nous voilà transformés en père Noël.
Les enfants touchent sans brusquerie, découvrent et comprennent vite comment jouer avec tout.
Nous entrons dans les salles, j'ai remarqué au passage l'état des poussettes : pas jojo !
En rentrant dans la salle des tous petits j'ai ressenti beaucoup d'amour. Il y a 2 fillettes dans des youpalas, en fait, elles sont handicapées, je n'avais jamais eu d'aussi beaux sourires. Il y a un grand parc en bois avec 4 garçons, l'un d'eux veut venir dans mes bras mais c'est une ruse, l'objectif est une dame du personnel ! Ces enfants sont aimés et cela se sent. Seulement ils sont très malades surtout à cause de la malnutrition. Comment nourrir et soigner des enfants avec 40 centimes par jour !
L'état des sanitaires est maintenu au niveau hygiène mais pas en matériel, tout y est rouillé.
 

Et les matelas ! Des paillasses qui accueillent bien trop souvent des enfants en sursis comme cette petite fille, si pâle, si belle qu'elle ressemble à un ange et moi de la regarder nous quitter, impuissante face à ces maladies.
Dans la section des plus grands, une petite fille va être adoptée. Bien qu'heureux, je sent que le personnel y est attaché. C'est cela l'amour, voir les autres partir vers le bonheur.
Il a y aussi ce petit garçon aux bras mal formés, il peut être opéré mais pas ici. Je lui tends un gâteau et comme je lui parle il veut m'en donner un bout.
J'espère pouvoir trouver une solution pour lui.
 
 
Nous repartons car le directeur de l'école N92 nous attend. En bord de route je vois un enfant près d'un homme allongé, il lui donne de petites gifles, je fais arrêter la voiture, j'en descends pour tenter de mettre le poivrot en position d'urgence. Des gens passent insensibles, le petit garçon est en fait un voisin de ce trop plein de vodka. Avec Alexandre nous le déplaçons et je conseille au gamin de ne jamais finir dans cet état.
J'ai faim, nous déjeunons rapidement, en fait, j'ai besoin d'un pallier de décompression.
Louba et Vladimir vont prévenir de notre retard ici ils téléphonent pas et moi cela m'épate ! demandez à mon mari si je résiste à une journée sans téléphone .
Et voilà l'école N92. Je suis surprise d'y être tant attendue par le professeur de français et nous voilà bras dessus, bras dessous. Elle m'entraîne vers le bureau du directeur et là ,mes amis, une vraie surprise ! Tous les professeurs qui donnent les cours de français sont là auprès d'un immense gâteau, en fait un fraisier le délice des délices d'anniversaire.
Je découvre que les livres donnés par l'école Jeanne d'Arc de Montrouge et transportés par le convoi des étudiant en avril, sont des trésors pour ces profs de sciences de physique, d'histoire et de maths. Nous avons parlé de la France ,de tout, de rien. Un rare moment de légèreté.
Pas envie de partir, mais Vladimir nous ramène. Il est tard et mes surprises ne sont pas terminées !
Nous devons nous changer et aller au restaurant ! ! ! !
Je vous conseille la cuisine d'Ukraine et la déco ! La salle des chasseurs avec une peau d'ours brun que je ne voudrais pour rien au monde voir en action ! ! ! Un cadre sympathique et des serveurs agréables.
Si je vous dis que je me suis endormie avec le sourire .
 Mercredi 9 juin 1999
Encore un peu de marathon,
Nous allons dans l'orphelinat du centre de Donetsk, nous y rencontrons Varvara qui est professeur de couture et broderie, moi qui ne suis pas douée de mes dix doigts, j'admire. Elle tient à ce que je choisisse un ouvrage. Je prends une sorte d'étole qui, en fait sert aux mariages ou autres fêtes. Ils mettent le pain au-dessus.
Nous visitons les salles où les enfants se changent. Ils sont 30 ensemble dans 13 mètres carrés. Il y a dans cette salle, pèle mêle, leurs vêtements, la télé et la machine à coudre.
La cantine est d'une tristesse ! Et l'état des couloirs ! C'est là que je rencontre Rouslan qui demande la permission de me parler. Il veut apprendre le français et souhaite un dictionnaire. Je lui promets de lui en trouver un et de l'expédier.
Nous ramenons Varvara chez elle. Ce qui désole cette femme, c'est de pas pouvoir m'offrir à déjeuner !
 
 
Je la rassure en la remerciant de me permettre d'éviter un kilo en supplément.
Varvara vit avec ses 3 fils dans un petit 2 pièces. Depuis peu elle est veuve et c'est très dur, dans sa fierté, elle ne revend pas son travail car, dit elle, ces tissus et ces fils sont des cadeaux des allemands et les cadeaux cela ne se revend pas.
La mission allemande ne sait pas que son mari est mort, ils envoient encore les médicaments. Alors, elle les donne à l'hôpital. Pourquoi ne dit elle rien ? le prix du timbre !
Un de ses fils est présent et je prends le prétexte de son prochain examen pour lui laisse un tout petit peu d'argent.
 
Nous déjeunons avec la responsable de l'alliance française, cette femme a un parcours étonnant. Avant elle enseignait en Asie !
Nous convenons d'accords pour l'école N92 et pour Rouslan elle est prête a lui donné des cours. Nous rigolons des répliques du "père Noël est une ordure " devant notre Alexandre qui ne comprend pas .
Nous prenons l'avion pour Kiev, où nous sommes attendus par un collègue d'Alexandre.
Je suis triste de laisser Katia mais pas son chien ! Il m'a mordu le salopiot !
Retour chez Valentina, elle a déposé les clefs auprès d'un voisin, le temps d'emmener les journalistes à l'aéroport international. Nous nous écroulons littéralement de fatigue.
Valentina rentre avec une rose pour moi ! en fait nos oiseaux avaient dû partir précipitamment, ordre de leur rédaction, normalement ils auraient dû survoler le réacteur numéro 4 .
Comme toujours ils ont mis Valentina en retard et Nicolas a tellement appuyé sur le champignon qu'il s'est fait arrêter par la police !
Bref notre Valentina nationale de sortir ses papiers et de lui éviter le poste.
Nous passons une soirée calme et je vois la télé variété du coin et j'aime bien leurs chansons. Comme en anglais, je n'y comprends rien c'est là tout le charme.
Jeudi 10 juin 1999
 
Nous avons décidé de jouer aux touristes, Alexandre n'a jamais fait les musées de Kiev, D'abord un long passage dans les bureaux de la fondation pour la survie des enfants de Tchernobyl, afin de valider mon attestation de représentante, ensuite nous allons chez un notaire pour savoir comment valider la fonction d'Alexandre pour AU CAS OU. Tout cela pour apprendre que c'est le consulat en France qui peut nous renseigner !
Et là maintenant nous nous accordons un moment de détente. La visite d'un musée et je ne suis pas une experte en la matière mais la beauté de ses ouvres m'a subjugué. Sans m'en apercevoir, j'en ai touché une, la présence, la qualité du grain de peau m'ont fait perdre un instant la notion du réel. Les dames qui gardent ces trésors n'ont pas été trop sévères et nous ont raconté que cet ancien hôtel particulier abrite la collection d'un ancien marchand, cet homme a même agrandi sa demeure pour y mettre encore plus de toiles.
Nous décidons de rejoindre le marché des artisans, non loin de sainte Sophie, lieu où nous nous rendons en premier.
Allez y, c'est très étrange, très fort et j'aimerais que chez nous dans nos églises il y ait des jardins comme là bas où les gens viennent pour le calme et la beauté du lieu.
Il y a une expo de croquis qui doivent être présentés à une commission, j'avoue ne pas avoir très bien compris où ses peintures devront résider.
Vendredi 11 juin 1999
Je ne connais pas le nom de l'endroit où nous sommes allés. C'est un lieu saint pour les orthodoxes, nous le visitons avec un guide russe, naturalisé américain et juif. si c'est vrai !
Cet endroit est d'une superficie de 38 hectares, je crois, en fait c'est immense, là où ça se corse, c'est quand ils m'ont fait descendre dans la crypte, bougie à la main !
J'ai commencé à ne pas apprécier l'humour juif ! En fait il y a
à sous 200 mètres sous terre les momies des saints, et j'ai eu la trouille de ma vie quand une vieille dame embrassant les cercueils s'est relevée au moment où ma bougie vacillait, j'ai hurlé de terreur.
" Alexandre y a des cadavres partout ! "
Euh ! Dans mes petits souliers, je me suis trouvée !
Nous sommes ensuite restés à écouter le concert des cloches, le temps est passé très vite.

Samedi 12 juin 1999
Je craque car demain, c'est mon départ et même si de découvrir l'histoire de Kiev est génial, moi, je préférais avoir mari et enfant auprès de moi.
Nous découvrons l'Ukraine au travers d'un parc d'attraction où des maisons ont été transportées, il est possible d'y faire du cheval, et quand vous allez au resto c'est comme à la maison ! Vous mettez la table !
Durant la journée nous avons aussi découvert un grand parc de loisirs, avec machines à muscles en plein air, tout en fer et fonte et culturistes en maillot de bain.il ne manque plus que le caddie pour faire son marché.(humour)
Je tiens à dire que je flotte légèrement dans mes jeans ! Après tant de marche et d'escaliers grimper, leurs ascenseurs ne m'inspirent que de la crainte.
Dimanche 13 juin 1999
Moi rentrer maison !
J'en peux plus et ce n'est pas fini car après une attente interminable dans l'aéroport de Kiev à Londres l'avion a du retard ! Assez pour que le remords d'avoir quitté si vite Alexandre me gagne, je suis toujours pressée et puis, moi, je pleure tout le temps aux "au revoir " et puis, on est toujours fourrés sur le mail de l'autre jusqu'à 3 fois par jour !
Enfin de retour, heureuse d'être avec les miens, mais déstabilisée.

Epilogue
Au retour dodo durant 2 jours et besoin du reste de la semaine pour comprendre que j'étais à la maison et pour écrire tout le récit. Je dois prendre de nouveaux contacts, revoir mes amis et m'impatienter de la sortie des articles de mes 2 oiseaux.
En fait je ne sais pas par quel bout commencer !
La tache est immense pour moi.
J'ai rencontré des gens géniaux, plein de dignité, j'ai sincèrement craqué sur ce pays et ses habitants m'ont charmée .
Il y a pleins de projets, il n'y a plus qu'a !!

Rang: Administrateur
Nombre d'articles publiés: 830  

par Corinne, 2011-03-22 19:52:06 Catégorie: Voyage

En étant connecté en tant que membre de Beauty-Frenchtouch.com vous pouvez ajouter des commentaires et suivre ce fil de discussion en étant averti par email.
Je me connecte ou Je m'inscris

Communauté Beauty Frenchtouch La communauté Beauty FrenchTouch

Chargement...

Voir tous

Le sondage Beauty FrenchTouch

Vous avez passé vos dernieres vacances
 Ailleurs
 en France
 En Europe hors de la France
 En Afrique
 En Asie
 je ne suis pas partie en vacances l'été passé.

Je vote

Une erreur est survenue lors de la récupération des données
titi

Le quiz Beauty FrenchTouch

Répondez

Marque à la une

NUTRIMETICS Consultante en PICARDIE

Les derniers